Demandez-leur leur avis, ils aiment ça!

Que ce soit pour aménager leur espace jardin, pour choisir une destination voyage ou un restaurant, les jeunes générations aiment se fier aux avis des autres… et ils aiment partager leur avis. Donner leurs opinions sur un produit ou un service est à la fois une manière de participer au partage et de s’assurer qu’eux-mêmes ne se feront pas « avoir ». Il suffit de voir, notamment, le succès de Tripadvisor pour le comprendre.

Les jeunes générations aiment les expériences « instantanées » avec possibilités de rétroaction (feedback). Ils sont friands de consultations en ligne (médias sociaux) afin de donner leur avis et de valider leurs choix avant de faire un achat. Ils souhaitent partager avec la communauté environnante.

 

Comment en faire profiter votre entreprise?

Plusieurs avenues peuvent être explorées :

  • demander-leur leur avis par le biais des médias sociaux. Demandez-leur comment ils ont trouvé leur expérience d’achat, la qualité de vos plantes ou de vos produits, la qualité de votre service. En encourageant et modérant les commentaires sur les réseaux sociaux, vous obtiendrez une information de qualité qui vous permettra d’améliorer l’expérience client et donc les commentaires positifs, ce qui aura pour effet d’augmenter votre achalandage ;
  • créer un Pinterest (ou autre) pour qu’ils puissent poster leurs photos de projets. On sait que les jeunes générations sont plus intéressées par les projets que par les plantes. En leur donnant la possibilité de partager leur création (ou la vôtre), tout en indiquant qu’ils se sont procuré les produits ou les services chez vous, vous favorisez l’expression votre e-réputation, et du même coup la réputation de votre entreprise ;
  • le sentiment de partage étant très fort chez les jeunes générations, organiser une ou deux fois par année une activité communautaire qui redonne à la société est une excellente avenue. Par exemple, proposer un atelier payant sur le potager vertical et remettre une partie des fonds à un organisme de charité qui vient en aide aux plus démunis. Ou encore préparé des pots de plantes comestibles qui seront remis à un organisme qui aide les aînés. Plus le choix de l’activité est en adéquation avec les besoins du milieu, plus le succès est assuré.

Articles reliés

Renaissance de l’édition horticole au Québec

Au milieu des années 1990, l’horticulteur Benoit Prieur a connu un vif succès avec ces livres. À l’époque les tirages étaient de plus de 100 000 exemplaires. Au cours...

Lire la suite

L’agriculture urbaine n’est pas un loisir!

Traditionnellement, et surtout depuis les 50 dernières années, le jardinage pratiqué par des amateurs était considéré comme un loisir. Sa finalité étant décorative, la culture des plantes ornementales arrivait...

Lire la suite

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *