Haro sur les pseudo-chasseurs de mythes!

Quand on se promène sur les réseaux sociaux il arrive souvent d’y rencontrer des chasseurs de mythes horticoles. Vous savez, ces personnes qui tiennent absolument à démontrer que les professionnels vous mentent! Qu’ils essayent d’avoir l’argent de pauvres consommateurs sans défense! Il est vrai que sur le Web, les partisans de la théorie du complot sont légion. Pour s’attirer l’attention, ces chasseurs de mythes s’attaquent à des techniques horticoles pourtant souvent éprouvées… et plusieurs internautes aiment ça!

 

Un manque de profondeur scientifique

Pour justifier leur propos, les chasseurs de mythes invoquent le fait que dans leur jardin la technique qu’ils proposent fonctionne très bien. Ah oui! C’est aussi simple que ça? Pourtant, tout bon horticulteur sait pertinemment qu’une expérimentation faite une fois dans une seule condition ne permet pas de tirer des conclusions pour toutes les situations. L’horticulture n’est pas une science exacte, tant s’en faut. La culture en extérieur est sujette à trop de variables pour devenir une vérité après une année sur un seul site. Combien de fois a-t-on vu des plantes performantes en serre ou en pépinière, mais qui ne supportaient pas la culture dans un jardin. Sol, humidité du sol, précipitations, température, présence des parasites, etc., les plantes sont sujettes à de nombreuses conditions. Comment donc énoncer des certitudes, et surtout mettre en doute les expériences des professionnels, quand on n’a pas expérimenté dans diverses situations?

 

Aucune formation professionnelle

Quand on étudie le pédigrée de ces chasseurs de mythes, on s’aperçoit rapidement qu’ils n’ont pas de formation horticole. Ce sont des « autodidactes »… auxquels il manque malheureusement une basse scientifique. Quand on a suivi des cours de biologie végétale, d’agronomie, de botanique, des sciences complexes, on est mieux à même de développer un esprit critique et constructif. Un manque criant chez les chasseurs de mythes.

 

Les experts autoproclamés, rois des « fausses informations »

Une des conséquences de la présence de ces chasseurs de mythes sur le Web, c’est l’arrivée d’experts autoproclamés. Pour plusieurs internautes, si des personnes considérées comme des horticulteurs se permettent de critiquer les techniques horticoles, pourquoi pas eux? Par conséquent, quand un internaute pose une question horticole, qu’un horticulteur y répond, mais qu’un expert autoproclamé vient le contredire… c’est l’expert autoproclamé qui devient la bonne source d’information. Rapidement l’horticulteur ou l’horticultrice professionnels est méprisé et la fausse information devient la bonne information. Je connais plusieurs professionnels qui après un ou deux mois ont arrêté de donner des conseils, écœurés de se faire contredire par des « experts » non professionnels. Inquiétant!

 

Est-ce si grave?

En ce qui me concerne, oui! Ces pseudo-chasseurs de mythes font souvent passer les professionnels pour des incompétents, pire, pour des voleurs. Ils laissent sous-entendre que les horticulteurs et horticultrices professionnels sont là uniquement pour faire de l’argent. Pour soutirer des sous du portefeuille des « jardiniers sans défense ». Ils donnent une image négative de notre profession. C’est fort dommage!

De plus, en véhiculant ces fausses informations, les risques d’échecs et par conséquent les risques d’abandon augmentent. Si, à plusieurs reprises, un jardinier débutant échoue dans ses travaux de jardinage à cause de ces fausses informations, il finira par se détourner de cette superbe activité. Regrettable pour ces personnes, leur qualité de vie, l’environnement et notre industrie.

 

Ne pas les encourager

S’il est bien difficile de lutter contre ce phénomène pervers, il faut, au minimum, ne pas l’encourager. J’avoue que je suis attristé de voir des entreprises, des professionnels ou des institutions « partager » les publications de ces pseudo-chasseurs de mythes. Bien entendu, toutes les informations qu’ils véhiculent ne sont pas fausses, mais quand un professionnel partage ce genre de publication il donne de la légitimité à ces pseudo-chasseurs de mythes. Pour eux ce partage les réconforte dans leur cheminement! Pour les lecteurs à la recherche d’information, si un professionnel partage ce genre de publications, c’est qu’elles sont véridiques.

Il y a bien peu de chance de faire disparaître les pseudo-chasseurs de mythes et experts autoproclamés en horticulture des réseaux sociaux. Par contre, c’est une mauvaise idée de leur donner de la légitimité et de propager leurs messages.

Articles reliés

Low-tech ou high-tech l’agriculture urbaine?

Comme pour toute « nouvelle » technique il existe différentes approches. L’agriculture urbaine n’y échappe pas. D’un côté il y a les partisans de l’agriculture urbaine low-tech et de l’autre ceux...

Lire la suite

L’agriculture urbaine n’est pas un loisir!

Traditionnellement, et surtout depuis les 50 dernières années, le jardinage pratiqué par des amateurs était considéré comme un loisir. Sa finalité étant décorative, la culture des plantes ornementales arrivait...

Lire la suite

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *