Low-tech ou high-tech l’agriculture urbaine?

Comme pour toute « nouvelle » technique il existe différentes approches. L’agriculture urbaine n’y échappe pas.

D’un côté il y a les partisans de l’agriculture urbaine low-tech et de l’autre ceux du high-tech. C’est bien plus qu’un désaccord technique. C’est avant tout une manière d’aborder les enjeux de l’agriculture urbaine et de l’organisation de la société.

L’agriculture urbaine high-tech

Elle prend de l’expansion au cœur des villes. Il s’agit des fermes hydroponiques ou d’aquaponie installées sur les toits des édifices, sous serres, ou encore dans des bâtiments ou des hangars. Les cultures sont contrôlées, ou dans le cas des cultures sous abris opaques, hypercontrôlées. Tous les éléments nécessaires à la croissance de la plante (lumière, eau, engrais, etc.) sont maîtrisés à l’aide de la technologie. Le pus souvent à la verticale quand elles sont sous abris opaques, ces productions high-tech présentent plusieurs avantages.

Elles sont généralement peu gourmandes en eau puisque celle-ci est recyclée. L’eau qui finit par être rejetée est peu polluée, notamment par des substances nutritives, car celles-ci sont apportées selon les besoins spécifiques de la plante qui les utilise presque en totalité. Ces aires de production sont situées au cœur même de la ville, parfois même dans des bâtiments industriels réhabilités. Ou encore sur le toit des bâtiments industriels dans le cas de serres. Elles occupent donc des espaces qui ne sont plus « utiles ». Le circuit de distribution entre le producteur et les consommateurs est donc très court.

Par contre, il existe aussi quelques inconvénients.

La gestion des fermes hydroponiques ou d’aquaponie demande un haut niveau de technicité. Il faut donc avoir accès à de la main-d’œuvre spécialisée, des spécialistes à la fois en culture comestible et en technologie. Dans le cas des projets sous abris opaques, il faut générer de la lumière et donc utiliser de l’électricité. Si celle-ci est propre (éolien, solaire, hydraulique, etc.), le problème est moindre. Toutefois, se passer de l’énergie bénéfique, et gratuite, du soleil est un non-sens pour plusieurs agriculteurs urbains. Il s’agit de projets commerciaux où il est souvent difficile de faire participer la communauté. L’accessibilité au plus grand nombre est donc limitée. Ce ne sont pas toutes les plantes comestibles que l’on peut cultiver en hydroponie ou en aquaponie. De plus le milieu est « aseptisé », il y a donc des risques de pertes de biodiversité. La gestion des matières organiques peut aussi parfois représenter un défi. Finalement, la question du goût se pose, car avec l’agriculture urbaine high-tech, il n’y a pas la notion de terroir.

L’agriculture urbaine low-tech

C’est celle qui se pratique, en pleine terre ou en contenant, un peu partout, sur les terrains municipaux, institutionnels, gouvernementaux, commerciaux ou industriels. Elle est issue de la culture traditionnelle. Ces partisans considèrent que l’agriculture urbaine low-tech présente de nombreux avantages :

  • accroissement de la résilience humaine ou environnementale;
  • engagement élevé des citoyens;
  • promotion de la santé et des saines habitudes de vie;
  • acquisition de connaissances facilitant la résilience sur la production;
  • sensibilisation à la protection de la nature, promotion de la résilience;
  • bonification des interactions sociales et de loisirs (amélioration des liens sociaux, des liens intergénérationnels, de la mixité et la cohésion sociale);
  • développement de l’économie circulaire;
  • lutte contre les îlots de chaleur urbains;
  • gestion des eaux pluviales;
  • augmentation de la biodiversité,
  • gestion facile du recyclage et des déchets;
  • diminution de la présence de produits toxiques (sol et air).

Dans le cas des micro-fermes commerciales, il est beaucoup plus facile d’y accueillir des non-spécialistes et de les former. Elles permettent aussi de « sacraliser » des terres et de limiter ainsi la destruction des zones vertes autour des villes.

Il existe aussi des inconvénients.

C’est le cas des conflits d’usage, par exemple quand plusieurs terrains en zone résidentielle deviennent des mini-microfermes (spin-farm). Ou encore que l’élevage urbain (poules, abeilles, etc.) crée des controverses. Un manque ou un abandon d’engagement de la communauté peut aussi devenir problématique. L’utilisation de friches industrielles, au sol contaminé, demande des précautions qui peuvent être contournées pas une utilisation adéquate de la culture en contenant. La présence trop importante et pour des durées de temps trop longues des sols à nu (il existe toutefois de solutions) peut entraîner de l’érosion.

 

Le cas des champignons

C’est sûrement la culture qui réconcilie le mieux les agricultures urbaines low-tech et high-tech. Elle se fait à l’intérieur des bâtiments, avec apport partiel de lumière pour remplacer celle du soleil. La première partie de la culture se fait même à la noirceur. On utilise aussi des matières organiques recyclées.

 

Alors, low-tech et high-tech?

Personnellement j’ai un plus grand intérêt pour l’agriculture urbaine low-tech et son cortège de bienfaits que pour l’agriculture urbaine high-tech. J’aime aussi le fait que l’agriculture urbaine low-tech change profondément le rapport des citoyens à la ville. Je ne pense toutefois pas qu’il faille rejeter complètement les projets d’agriculture urbaine high-tech. Pour certains projets et dans certaines conditions, l’agriculture urbaine high-tech a sa place. Une place limitée, bien identifiée, précédée d’études de faisabilité et de rentabilité en ce qui me concerne.

Articles reliés

Renaissance de l’édition horticole au Québec

Au milieu des années 1990, l’horticulteur Benoit Prieur a connu un vif succès avec ces livres. À l’époque les tirages étaient de plus de 100 000 exemplaires. Au cours...

Lire la suite

L’agriculture urbaine n’est pas un loisir!

Traditionnellement, et surtout depuis les 50 dernières années, le jardinage pratiqué par des amateurs était considéré comme un loisir. Sa finalité étant décorative, la culture des plantes ornementales arrivait...

Lire la suite

1 Commentaire

  • Armand Foka

    Bonjour,
    Agriculture urbaine low-tech ou high-tech ? La question a lieu d’être posée, elle est fondamentale. Et personnellement, je pense qu’on a besoin des deux. Il faut juste trouver un équilibre entre l’un et l’autre qui nous permette de garder un certain contact avec la nature dont nous faisons parti.
    Donc, je partage totalement l’avis de l’auteur en fin d’article.

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *