Pourquoi un blogue sur les tendances horticoles?

Vieillissement de la population, changements dans les habitudes de vie des babyboumeurs (personnes ayant entre 70 à 45 ans), nouveaux comportements sociétaux des générations X (personnes ayant entre 35 à 45 ans) et Y (personnes ayant entre 25 à 35 ans), influences grandissantes des univers numériques, depuis un peu plus de 10 ans, la société québécoise fait face à des changements importants dans les choix des centres d’intérêt et dans les comportements collectifs.

Malheureusement, à suivre l’évolution des pratiques en horticulture et à visiter certains commerces horticoles j’ai l’impression que de nombreuses entreprises ont beaucoup à faire pour s’adapter aux changements dans les comportements d’achats. C’est pourquoi au cours des prochains mois je souhaite partager mes explorations, mes analyses et mes réflexions sur les tendances en jardinage, les jardins et les plantes avec le plus grand nombre.

 

Du marché de croissance au marché mature

Comme dans bien d’autres pays dans le monde, au Québec les jardins et le jardinage ont connu un essor important du milieu des années 1980 jusqu’au milieu des années 2000. Nouveaux propriétaires, les babyboumeurs ont « trippé » jardinage et plantes nouvelles. Portées par cette vague, les entreprises horticoles n’avaient que relativement peu d’efforts à faire pour attirer les clients, même en période de récession.

À compter des années 2000, les babyboumeurs, une fois leurs jardins « complétés » se sont petit à petit retirés du marché. Les générations X et Y sont alors rentrées dans ce marché, mais de manière très différentes, avec des attentes et des besoins distincts par rapport à leurs prédécesseurs. D’un marché de croissance, nous sommes passés en quelques années seulement à un marché mature. Cela implique aujourd’hui de modifier, parfois en profondeur, les manières de faire. Je pense qu’il faut s’inspirer des tendances pour mieux répondre aux attentes de ces « nouveaux » consommateurs.

Les jardins des babyboumeurs sont aujourd'hui terminés.
Les jardins des baby-boumeurs sont aujourd’hui terminés.

 

C’est quoi une tendance?

Pour le Petit Larousse, une tendance est une « Orientation, [une] direction de l’évolution de quelque chose ». C’est aussi une « Disposition particulière qui incline quelqu’un à avoir tel type de comportement ». Pour Antidote, c’est un « Courant d’opinion au sein d’un groupe, d’un organisme, d’une collectivité ».En fait le mot « tendance » vient du verbe « tendre » dont une des définitions est « Avancer, mettre en avant (quelque chose) pour qu’on puisse l’atteindre ». Pour Antidote, « Tendre vers », c’est « Avoir pour but et s’en rapprocher. Arriver très près d’une valeur limite sans l’atteindre. »

Donc, quand on parle de tendances, on ne parle pas d’habitudes fixées dans le temps. On parle plutôt d’habitudes en mouvement, d’orientations, de courants, d’évolutions, le plus souvent d’une partie de la société.

Horti-media-tendance-2016-marche-

Si on peut considérer que plusieurs tendances actuelles forment un courant majoritaire, il reste que les habitudes qui sont « moins tendance » représentent elles aussi des marchés. Mettre de l’avant un courant porteur, ne veux pas dire négliger les autres. Il faut trouver l’équilibre entre ce qui permet de « renouveler » la clientèle tout en continuant à servir, en tenant compte de leurs habitudes, les « fidèles ».

Proposer des pistes pour « renouveler » la clientèle, découvrir les attentes des jeunes générations pour mieux y répondre, c’est ce que je propose dans ce blogue. À chaque personne d’y trouver les pistes qu’elle souhaite utiliser dans ses pratiques commerciales.

Articles reliés

L’agriculture urbaine influencera-t-elle l’urbanisme?

Depuis quelques décennies, pas à pas, chaque année un peu plus, l’agriculture urbaine colonise les villes du Québec. Sur le territoire résidentiel, on peut voir de plus en plus...

Lire la suite

Renaissance de l’édition horticole au Québec

Au milieu des années 1990, l’horticulteur Benoit Prieur a connu un vif succès avec ces livres. À l’époque les tirages étaient de plus de 100 000 exemplaires. Au cours...

Lire la suite

1 Commentaire

  • Jean-Pierre Guérette

    Un bel outil à mettre dans son coffre, on ne pourra jamais réinventer la roue mais il sera toujours possible de la présenter d’une façon différente. En effet, il est et sera toujours important d’être à l’écoute des nouvelles vogues et tendances.

    Bravo pour ce nouveau blogue et je vous lirai avec un grand intérêt.

    Cordialement,

    Jean-Pierre Guérette
    Représentant des ventes

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *