Tendances horticoles 2018

Chaque année, en décembre et janvier plusieurs médias proposent leurs visions des tendances pour la nouvelle année. Une des meilleures sources est le Garden Trends Report publié par le Garden Media Group. Il s’agit d’un groupe indépendant de relations publiques basé en Pennsylvanie. Les tendances présentées ici sont en grande partie tirées du Garden Trends Report 2018.

 

La nature comme remède pour une meilleure santé mentale

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) prédit qu’en 2030, le premier problème de santé sera l’anxiété, avant l’obésité. Aux États-Unis, la campagne Nature Rx (ou Prescrire la nature) encourage les gens à aller se ressourcer, se reposer, relaxer dans la nature.

Afin de faire face à une vie trépidante, le jardin peut devenir une oasis de paix, de calme, de repos et de relaxation.

En réduisant le temps consacré au jardinage, on peut même faciliter la conjugaison du jardinage et des promenades dans la nature.

Toutefois, pour atteindre cet objectif, certains changements d’attitudes doivent être mis en place.

 

Accepter que le jardin soit imparfait

Une des tendances montantes est le wabi-sabi. Issu des principes bouddhistes zen et du taoïsme, il allie le wabi (solitude, simplicité, mélancolie, nature, tristesse, dissymétrie…) et le sabi (l’altération par le temps, la décrépitude des choses vieillissantes, la patine des objets, le goût pour les choses vieillies, pour la salissure, etc.) [source Wikipédia].

Il s’agit en fait à la fois d’accepter les imperfections de la nature et de les apprécier.

Cette nouvelle attitude des consommateurs vis-à-vis de leur jardin devrait entraîner moins d’interventions, moins d’entretien, ce qui aura pour effet de diminuer leur anxiété et leur stress. Une approche wabi-sabi de la part des consommateurs permet de relaxer, de se ressourcer, d’accepter les imperfections.

Dans une vision nord-américaine, le wabi-sabi c’est moins d’entretien et l’ajout d’objets anciens, recyclés, imparfaits. Idéalement en métal, pierre ou bois, plutôt qu’en plastique.

Un jardin, légèrement « négligé », où on accepte les imperfections est aussi plus intéressant pour la faune du jardin : insectes pollinisateurs ou utiles, oiseaux, etc. Il remet aussi en question le concept de la pelouse parfaite. On devrait voir de plus en plus d’écopelouse et de couvre-sol en lieu et place du gazon.

 

Voir le jardin comme un réseau social

Dans cette vision, le jardin est un ensemble, un écosystème, et non pas un « collage » de plantes qui permet de créer un aménagement purement esthétique.

Dans ce cas aussi, insectes pollinisateurs ou utiles, oiseaux, etc. font partie intégrante du jardin. Le maintien du jardin n’est plus vu par les consommateurs comme une succession de travaux d’entretien, mais est pensé comme un système de gestion. Cela a pour effet de réduire l’entretien, ce qui rejoint la tendance précédente.

 

Prendre en compte les changements climatiques

Les consommateurs ne rechercheront plus les plantes uniquement pour leur esthétisme, mais aussi pour leurs résilientes face aux extrêmes climatiques. Suivant les régions et les situations, les végétaux qui résistent à la sécheresse, aux orages violents, aux inondations, aux vagues de chaleur, etc. seront de plus en plus recherchés.

Les plantes indigènes et les végétaux produits localement auront aussi la faveur des consommateurs.

Plus globalement, au cours des prochaines années, l’industrie horticole devra créer des concepts de jardin et développer des végétaux qui offriront de la résilience et de l’adaptation aux changements climatiques.

 

Gérer l’eau dans les aménagements

Si on note un regain d’intérêt pour les fontaines, ce sont surtout les jardins de pluie qui connaîtront un intérêt grandissant. Le chalenge réside dans le fait de proposer aux consommateurs des plantes supportant la pluie forte et des inondations courtes.

 

Subir la dictature des antioxydants

Ces substances sont très recherchées par les consommateurs. On sait que plus les légumes sont rouge foncé et pourpres, plus ils contiennent des antioxydants et des anthocyanes. La mode est donc à la couleur pourpre. Betteraves, mûres, bleuets, prunes, choux-fleurs pourpres, etc. sont en demande. En plus d’être utiles, ils sont très décoratifs et surtout très faciles à agencer dans les aménagements et les pots.

À noter que les antioxydants améliorant la santé en général, ils améliorent aussi la santé mentale.

 

Cultiver des plantes à haut taux de protéines

Depuis quelques années on constate une augmentation marquée des flexitariens (le flexitarisme est un régime alimentaire qui consiste à limiter la consommation de viande de manière importante, sans l’exclure totalement). On a aussi noté qu’au cours des cinq dernières années, la présence des produits végétariens sur le marché a doublé.

Cela se traduit par une consommation accrue de protéines végétales. La source de telles protéines est encore plus saine quand elles sont produites dans un jardin. Ce sont par exemple les pois, brocolis, épinards, kales, graines de tournesol, etc.

 

Utiliser les plantes d’intérieur pour un air plus sain à l’intérieur

Bien entendu on peut installer des plantes un peu partout dans la maison. La tendance est de créer une pièce de relaxation, de méditation, de réflexion avec des plantes. Un genre de havre de paix, déconnecté pour certains.

On assiste aussi au retour des plantes dépolluantes.

 

Installer toujours plus de pots

Les statistiques le montrent, de plus en plus de gens vivent dans de petits espaces très bétonnés. L’été, pour apporter de la vie, la création de potées fleuries et comestibles est une solution facile. Le marché propose aujourd’hui de nombreuses variétés naines de fleurs, de légumes et de petits fruits. Quand les fleurs attirent les insectes pollinisateurs ou utiles, elles gagent la faveur des consommateurs.

 

Les tendances Pinterest

À partir de son compte Pinterest (340 000 visiteurs par jour) la compagnie The Home Depot a identifié huit tendances pour le printemps 2018.

  • Les plantes comestibles sont décoratives
  • Les légumes pourpres ont la cote
  • Les potagers et fines herbes sont toujours aussi présents dans la cuisine
  • Les projets de jardins confectionnés avec des palettes de bois sont nombreux
  • Les potées doivent être à la fois fleuries et comestibles
  • Le jardin vertical à l’intérieur est idéal dans les appartements
  • Les terrariums et les plantes aériennes (succulentes) sont encore en hausse

Articles reliés

Renaissance de l’édition horticole au Québec

Au milieu des années 1990, l’horticulteur Benoit Prieur a connu un vif succès avec ces livres. À l’époque les tirages étaient de plus de 100 000 exemplaires. Au cours...

Lire la suite

Low-tech ou high-tech l’agriculture urbaine?

Comme pour toute « nouvelle » technique il existe différentes approches. L’agriculture urbaine n’y échappe pas. D’un côté il y a les partisans de l’agriculture urbaine low-tech et de l’autre ceux...

Lire la suite

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *