Retour sur le futur

En avril 2000, Julie Boudreau, Michel Rousseau et Daniel Lefebvre (Groupe Rousseau Lefebvre) et moi avions pris beaucoup de plaisir à rédiger un article sur Les jardins de demain dans Fleurs, Plantes et Jardins (voir l’article complet [pdf]).

Seize ans plus tard, voyons voir si nous étions de bons futurologues!

 

Quatre tendances qui influenceront les jardins de demain

L’ère des communications

Nous prédisions un éclatement des frontières et des échanges à cause de l’internet. Une augmentation des plantes « exotiques » découvertes sur la Toile ou en voyage.

C’est effectivement ce qui se passe aujourd’hui.

 

Le vieillissement de la population

Nous pensions qu’en vieillissant les baby-boomers s’intéresseraient au jardinage différemment. Ils rechercheraient des jardins à entretien minimum. Les entreprises d’entretien de jardin connaîtraient un essor important. Les baby-boomers pratiqueraient sans restrictions les principes du jardinage écologique.

C’est assez exact, sauf pour le jardinage écologique dans une partie de la population des baby-boomers.

 

Les nouveaux adultes

Ils seraient très soucieux de l’environnement. Ce seraient de grands promoteurs du jardinage écologique.

Aujourd’hui, les générations X et milléniums ont adopté ce genre de pratique.

 

Un brassage culturel

L’augmentation du nombre d’immigrants aurait une influence sur le type de plantes recherché par les consommateurs.

Actuellement on ne ressent pas encore cette tendance de manière importante.

 

Quatre axes de développement des jardins de demain

Les jardins oasis de paix

Au cours de la belle saison, le jardin deviendrait une oasis de paix où l’individu pourrait se ressourcer, loin du tintamarre technologique. Il deviendrait un espace de rencontre et de partage.

On n’est pas loin ici du jardivertissement

 

Les jardins de création

On assisterait au retour des jardins de création conçus par une élite avec l’aide d’horticulteurs, architectes paysagistes, peintres, artistes, etc.

On est aujourd’hui plutôt vers une standardisation des aménagements paysagers.

 

Les jardins personnalisés

Les gens chercheraient à vivre dans un jardin à leur image. Ils verraient les professionnels comme des coachs et non des experts. Le jardin deviendrait une véritable « pièce extérieure ».

Cette tendance a pris plus de temps à s’implanter, mais elle est de plus en plus présente. Les X et les milléniums ne veulent surtout pas des jardins des baby-boomers… et des experts.

 

Les jardins à la carte

Les consommateurs choisiraient à travers les nombreuses propositions du Web, les éléments qui leur conviennent.

L’influence du Web sur notre industrie est aujourd’hui un élément évident.

 

La grande tendance oubliée

À aucun moment cet article ne fait mention de l’agriculture urbaine. C’est pourtant la tendance qui conditionne tout le marché horticole actuellement.

Les spécialistes considèrent que le boom de l’agriculture urbaine a pour origine l’apparition des OGM dans les années 1990. Il est vrai qu’à cette époque seules les écologistes y voyaient une menace. Depuis, et notamment grâce aux médias sociaux, les générations X et milléniums s’inquiètent de ce qu’ils mettent dans leur assiette. Une tendance à saisir.

 

Donc, des résultats mitigés pour les apprentis futurologues. Dur, dur de faire des prédictions à long terme!

Articles reliés

1 Commentaire

  • Julie Boudreau

    Quand même, nous n’étions pas totalement dans le champs! Merci d’avoir redonné vie à cet article que nous avions eu grand plaisir à rédiger. Je referais ça n’importe quand!

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.