Renaissance de l’édition horticole au Québec

Au milieu des années 1990, l’horticulteur Benoit Prieur a connu un vif succès avec ces livres. À l’époque les tirages étaient de plus de 100 000 exemplaires. Au cours des années suivantes, Benoit a continué à connaître du succès et dans une moindre mesure, Albert Mondor, Larry Hodgson et moi-même avons vendu des milliers de livres. D’autres comme Réjean Milette ou Rock Giguière ont aussi connu du succès. Du côté des livres sur le potager, Yves Gagnon était le maître incontesté.

Puis, entre le début et le milieu des années 2000, les ventes de livres horticoles ont drastiquement chuté. La production s’est raréfiée. À tel point que pendant presque 10 ans, les publications québécoises étaient assez rares. Seul Larry Hodgson continue à publier. Entre la fin des années 2000 et le début des années 2010, on a senti un soubresaut dans l’édition horticole. La première à publier à nouveau avec un certain succès a été Lilli Michaud avec Tout sur le compost (2007) et Potager santé aux Éditions MultiMondes (2010). On a assiste aussi à cette époque à quelques nouvelles éditions de livres aimés du public.

 

2015-2016, des années charnières

Puis en 2015, les choses changent. Lili Michaud publie Les fines herbes de la terre à la table. En 2016, je publie Le potager urbain, facile et naturel. Ces deux livres connaissent un vif succès. L’année suivante Jardiner dans 1 m2, Jardin d’intérieur et Potager productif, associer vos légumes facilement (Éditions MultiMondes), ainsi que Jardiner avec Marthede Marthe Laverdière (Éditions de L’Homme) retiennent l’attention du public. Et puis arrive 2018.

 

Une année qui fera l’histoire

On peut le dire sans se tromper, dans le monde de l’édition horticole québécoise, 2018 sera une année historique. Cinq livres horticoles sont parus. On n’avait pas connu cela depuis bien longtemps. Sans compter que dès leur sortie, plusieurs d’entre eux ont connu un bel engouement. En fait, quatre grands noms se partagent les faveurs des lecteurs.

Les quatre saisons du potager de Mélanie Grégoire (Québec Amérique). Un calendrier horticole de type universel (il s’adapte partout au Québec) bellement illustré et plein de petit conseil.

Le nouveau potager – Le jardin comestible pour tous les espaces (Les éditons du Journal) brille par l’originalité de ses potagers branchés ou extrêmes.

La tomate de la terre à la table de Lili Michaud (Éditions MultiMondes) est à coup sûr la bible et LA référence des amateurs (toujours plus nombreux) de tomates.

Le jardin fruitier, facile et naturel(Éditions MultiMondes) de votre serviteur. Un premier livre qui traite de la culture des arbres et arbustes fruitiers en 20 ans.

Une petite nouvelle fait son apparition dans le milieu de l’édition, Nathalie Beaudoin, Des fleurs dans votre assiette (Éditions MultiMondes), avec un livre sur la culture des fleurs comestibles qui propose aussi de très nombreuses recettes.

 

Vous avez dit comestible?

Il est intéressant de remarquer qu’après la consécration qu’ont connue les livres sur les plantes d’ornement, ce sont les livres sur le potager et le jardin fruitier qui connaissent du succès. Au cours des dernières années, ce sont principalement des livres sur les plantes comestibles que le public affectionne. Un autre signe que le marché horticole change en profondeur.

 

Un éditeur chef de file

Il faut reconnaître ici l’importance contribution des Éditions MultiMondes au renouveau de l’édition horticole québécoise. D’abord avec Jean-Marc et Lise Gagnon qui ont publié les livres précurseurs de Lili Michaud et aujourd’hui Dominique Lemay et toute son équipe. Alors qu’aucun autre éditeur ne « replongeait » dans la publication de livres en horticulture, Éditions MultiMondes n’a pas hésité un instant. Depuis 2015, ils ont publié sept livres ayant pour sujet le potager… pour le plus grand bonheur des lecteurs.

Articles reliés

Potager en façade et acceptabilité sociale

Depuis quelques semaines le dossier des potages en façade a refait surface dans l’actualité. Un citoyen de la ville de Québec a été condamné à payer une amende pour...

Lire la suite

À chacun sa gestion de l’offre

Au cours des dernières semaines, on a beaucoup parlé de la gestion de l’offre en agriculture. Rappelons qu’elle ne touche que le lait, les œufs et la volaille. Ce...

Lire la suite

1 Commentaire

  • Albert Mondor

    Je te remercie Bertrand de parler de nos livres respectifs. Très cool de ta part. Comme tu l’expliques dans ton article, il y a une véritable vague d’agriculture urbaine qui déferle sur l’Amérique du Nord et le Québec !

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *