Une petite (r)évolution qui pourrait rapporter gros

Il y a 20 ans, seuls quelques visionnaires le disaient, mais aujourd’hui, de nombreux spécialistes s’accordent pour dire qu’il ne faut plus retourner la terre. À l’heure actuelle on a plus de connaissances sur le fait que la partie la plus riche et la plus productive du sol est située en surface, dans les premiers centimètres. La rhizosphère est une zone riche en micro-organismes comme des mycorhizes, des bactéries, des organismes décomposeurs et des vers de terre. Retourner la terre pour enfouir cette couche fertile est donc un non-sens.

Sur les potagers déjà établis, on doit donc « brasser la terre » plutôt que la retourner. Pour cela on utilise une griffe de jardinage ou encore une grelinette. Le travail du sol s’en trouve simplifié, mais surtout il devient beaucoup (beaucoup) moins exigeant physiquement. Même les enfants et les personnes à mobilité réduite ou ayant mal au dos peuvent utiliser ces outils et pratiquer cette technique « légère » pour le corps et qui ne demande pas une grande force physique.

 

Une bonne nouvelle bien accueillie

Bien sûr il y a la vente de ces « nouveaux » outils. Il pourrait ajouter des revenus. Pourvu qu’ils soient bien présents et en évidence en jardinerie… Il y a surtout une formidable nouvelle pour les jardiniers. Chaque fois que je donne une conférence où j’explique qu’il ne faut plus retourner la terre, une fois les interrogations passées, je vois les visages s’illuminer d’un magnifique sourire. Plus de travail éreintant au printemps! Tiens, tout d’un coup le jardinage prend une nouvelle dimension.

Et puis, imaginez les personnes qui ne jardinent pas, car elles trouvent trop difficile de retourner la terre. Cette nouvelle technique pourrait les ramener au jardin. Une bonne nouvelle non?

 

« Jardiner sans s’éreinter »

Visualiser maintenant de belles publicités qui diraient « Jardiner sans s’éreinter » et qui feraient la promotion de cette nouvelle belle technique. Le « travail » physique étant souvent une limitation au jardinage, une telle campagne lèverait un obstacle et pourrait favoriser la pratique du jardinage. Plus de nouveaux jardiniers! Quelle opportunité d’affaires que cette « nouvelle » technique!

Un tel slogan, véridique, aurait aussi comme avantage d’envoyer un message positif. De plus, il ferait la promotion d’une nouvelle pratique culturale qui est une des bases de la culture biologique. Finalement, cette promotion démontrerait l’importance pour l’industrie horticole de préserver les sols et surtout leur fertilité. Tous des messages positifs.

Et vous, au printemps, direz-vous à vos clients : « Jardiner sans vous éreinter »?

Articles reliés

Une histoire de visibilité!

Lorsque j’assiste à des événements horticoles, il arrive souvent que l’on me demande : « Comment se fait-il qu’il n’y ait plus d’émission d’horticulture à la télévision? ». Il faut dire que...

Lire la suite

Le service après-vente en horticulture est-il déficient?

Quand vous achetez un petit électroménager, comme une brosse à dents électrique, on vous donne le mode d’emploi et des conseils d’entretien. Quand vous achetez une automobile neuve, on...

Lire la suite

2 Commentaires

  • Patrick Emond

    Où est la révolution, les outils présentés existent depuis très longtemps et surtout pas très ergonomiques.
    Pour de très petite surface seulement.

    Répondre
  • Blogueur

    Effectivement ces outils ne sont pas «nouveaux». Par contre, leur utilisation était plutôt confidentielle. Ce qui est nouveau c’est leur utilisation à plus grande échelle. Quant aux «très petites surfaces», je ne suis pas certain de Jean-Martin Fortier de la ferme La grelinette et maintenant de la ferme des Quatre Temps soit d’accord avec vous. C’est le principal outil de travail du sol qu’il utilise pour produire sur une ferme d’un hectare. En Europe plusieurs fermes très productives, d’un ou deux hectares, l’utilisent aussi.
    De toute façon, les surfaces en agriculture urbaine sont généralement assez petites.
    Quant à l’aspect ergonomique, je trouve personnellement moins fatigant d’utiliser une griffe de jardinage ou une grelinette qu’une fourche-bêche… pourtant mon outil fétiche!

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *